Rechercher
  • Éric Deschamps

8 recommandations pour les utilisateurs de la Nature sauvage

Dernière mise à jour : mars 30




1- L’ÉCACO


É : S’éduquer

C : Constater

A : Analyser

C : Comprendre

O : Observer


L’ÉCACO est un principe qui est à la base de mes valeurs et de mon amour pour la Nature. Je crois fondamentalement que pour observer la Nature sauvage en synchronicité, il faut tout d’abord la comprendre. On me demande souvent : « Éric as-tu des trucs pour trouver des animaux ? » Il n’y a pas de secret magique pour trouver et observer la Nature. Il faut d’abord la comprendre et s’ouvrir à elle. Pour ce faire, j’ai créé le principe du « ÉCACO » qui est ma recette pour observer la Nature Sauvage sans nuire à sa pérennité.


La première étape est de s’éduquer. Avant même de penser à trouver un orignal dans la Nature sauvage, il est important de comprendre son rythme annuel, ses différents comportements et son style d’habitat naturel par exemple. C’est un peu comme vouloir construire une maison sans même savoir ce qu’est du bois ou un marteau. Étape par étape, il faut s’éduquer sur les différents écosystèmes de nos régions et l’influence des saisons sur ceux-ci et sur leurs habitants. Il y a pleins de manière de s’éduquer de nos jours. Certains choisissent l’école, d’autres les livres, les reportages, les vidéos, les magazines, les naturalistes bref il n’y a pas de meilleur chemin qu’un autre tant et aussi longtemps que notre démarche est sérieuse et consciencieuse.


Ensuite, on doit constater directement sur le terrain. Voir ces différents écosystèmes de nos propres yeux. Il faut constater le beau et le moins beau. Il faut ensuite analyser et comprendre ce qu’on voit, ce qu’on sent et ce qu’on ressent. La Nature est complexe et fragile et pour avoir le privilège de l’observer sans impact négatif, il faut être conscient à 100% de l’environnement dans lequel on se trouve afin d’adapter nos comportements et notre interaction avec la faune et la flore qui s’y trouve.


En ayant en tête ces connaissances de base sur le fonctionnement de l’écosystème et ses habitant, on peut maintenant être en mesure d’observer en symbiose avec la Nature sauvage.




2- Ne pas être bruyant


Avez-vous déjà entendu le silence ? Je ne parle pas ici de ne rien entendre du tout. Je parle ici d’un moment précis sans aucun son humain. Pas d’usine, pas de véhicule motorisé, pas de sonnerie, pas de voix humaine, pas de musique, etc. Creusez dans vos souvenirs et tentez de trouver un moment silencieux qui aura duré plus de 30 minutes. La vie sauvage est sensible au bruit qui dérange leur silence. Un silence que nous ne pouvons comprendre étant donné que nous sommes, nous les humains et nos créations, la plus grande source de pollution sonore que la planète Terre n’ait jamais connue. La Nature s’adapte comme elle le peut, mais plus elle s’adapte et plus elle se fragilise. Il ne reste que très peu d’endroits sauvages dans le monde. Le minimum de respect que l’on devrait avoir envers ces endroits préservés qui jadis étaient prédominants sur notre