Rechercher
  • Éric Deschamps

La photo inusitée de l'année

Mis à jour : sept. 16

Prenez 5 minutes et laissez-moi vous expliquer pourquoi.


Alors premièrement parlons de l’espèce de hibou qu’on y voit. Il s’agit d’un Hibou des marais. Un oiseau assez méconnu au Québec, mais qui, selon toute vraisemblance, vit une diminution de sa population au cours des dernières décennies qui lui vaudrait le statut d’espèce menacée. Selon le ministère, ça s’expliquerait par le drainage des terres, les changements apportés aux pratiques agricoles ainsi qu’à l’étalement industriel/urbain. Il y a aussi le fait qu’il niche au sol (comme le Pluvier kildir et le Goglu des prés) ce qui le rend beaucoup plus exposé aux machineries agricoles. Il est présentement sur sa migration printanière et on le retrouve un peu partout au Québec dans la dernière semaine d’avril. De voir ce strigidé sur la pointe de la péninsule gaspésienne est un évènement d’une rareté inouïe.


Ensuite, l’eau ! Comme son nom le laisse sous-entendre, jamais on ne pourrait penser pouvoir observer ce hibou sur un fond d’eau salée comme notre magnifique fleuve Saint-Laurent. On retrouve normalement cet oiseau dans les marais avec de la végétation herbacée moyennement haute, dans les milieux ouverts tels que les prairies humides, certaines terres agricoles et même la toundra arctique. Donc de le voir sur un beau fond bleu est une chance extraordinaire.

Et comme si ce n’était pas déjà assez, j’ai eu l’opportunité d’une vie de le photographier avec le plus grand symbole de la Gaspésie : le Rocher Percé ! Après une nuit à dormir dans ma voiture à -15, j’ai pu analyser son comportement pendant 12h sans arrêt avant de m’établir un plan de match pour tenter d’avoir "LA shot". C’est finalement avant-hier à 18h10 bien caché derrière une broussaille dans mon camouflage que j’ai pu avoir l’extrême privilège de réaliser ce rêve.

Niveau technique, j’étais vraiment plus que prêt. Je le voyais roder devant l’île Bonaventure et j’ai pu réaliser plusieurs "test shots" avant qu’il se présente entre le Rocher Percé et moi. Il aura été dans une zone potentielle pour le composer dans mon viseur pendant 20 secondes. Le moment était tellement intense que je ne me souviens pas trop de mon état d’esprit à ce moment-là, mais selon moi j’ai carrément arrêté de respirer. J’étais sous le choc. Il est parti ensuite en direction Ouest et je me suis littéralement penché la tête entre les jambes avec les deux mains bien à plat au sol. J’avais des papillons partout dans mon ventre et les yeux pas mal humides mettons. J’écris ces lignes et les mêmes papillons reviennent 💚


Éric D


  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon